« Retourner au site principal

Projets

FRQSC- éducation (recension) 2016-2018

Compétences, processus et stratégies de lecture en fonction des genres textuels numériques et des supports numériques
Équipe : Nathalie Lacelle, Monique Lebrun, Marie-Christine Beaudry et Sylvain Brehm

Le Québec se prépare à introduire dans ses programmes au primaire et au secondaire des compétences en lecture numérique, puisque ces dernières sont maintenant évaluées dans le cadre de tests internationaux (ex : Pisa depuis 2009 et PIRLS depuis 2015). Comme les recherches actuelles sur la lecture numérique sont fortement influencées par les domaines disciplinaires dans lesquels elles ont été réalisées, les concepteurs de programmes doivent user de discernement afin d'y puiser les avenues les plus reliées à leurs besoins. Une revue exhaustive des écrits sur le sujet s'impose donc. Notre projet vise à documenter -à partir d’un éclairage épistémologique, conceptuel et didactique- les compétences, processus et stratégies de lecture en fonction des genres textuels numériques et des supports numériques.

L’objectif général de la recherche se résume ainsi : identifier, dans les résultats de recherche, les théories de la lecture et les approches didactiques permettant de documenter et de comprendre l’influence des supports et des genres textuels propres au numérique sur les compétences, les processus et les stratégies de lecture. Les sous-objectifs sont les suivants:

  • dégager une définition fonctionnelle de la lecture numérique et comparer les processus, les compétences et les stratégies de la lecture numérique et de la lecture sur papier;
  • rendre compte des résultats de recherches expérimentales et de grandes enquêtes nationales et internationales sur différents aspects de la lecture numérique (enseignement/apprentissage et évaluation);
  • à partir de ces résultats de recherche, dégager les modèles d’enseignement-apprentissage et d’évaluation de la lecture numérique valables de la fin du primaire à la fin du secondaire;
  • formuler des recommandations quant à l’implantation d’un programme d’enseignement-évaluation de la lecture numérique en complément à la lecture papier qui tiennent compte des résultats des recherches les plus prometteuses et de la progression par cycles d'enseignement.

Puisque les tests de lecture internationaux s’intéressent prioritairement aux 11-15 ans pour évaluer les compétences en lecture numérique, nous ciblons le dernier cycle du primaire et les deux cycles du secondaire. Notre base de données sera constituée d’articles et d’ouvrages scientifiques couvrant la période de 2000 à 2016. Les critères de délimitation et de typologisation des données seront déterminées en fonction des composantes identifiées dans les sous-objectifs (Gagné et al., 1990) à partir de sources hybrides et virtuelles (McCulloch,2004). Ces données nous permettront de suggérer des pistes de réflexion utiles aux instances concernées par la formation à la lecture numérique (MEESR, direction de l’enseignement au secondaire), sous forme d’activités de transfert.

Nous souhaitons que ces connaissances contribuent, à orienter les actions des décideurs en éducation, mais, à terme, nous prévoyons qu'elles serviront également à outiller les enseignants dans l’encadrement du processus de lecture numérique afin qu’ils soient plus nombreux à proposer des activités de lecture numérique en phase avec les mutations de notre époque et la culture numérique des jeunes.

CRSH- savoir (DBR) 2017-2020

La littératie médiatique multimodale appliquée en contexte numérique pour former les apprenants à la recherche documentaire et à la création artistique
Équipe : Nathalie Lacelle, Monique Lebrun, Jean-François Boutin, Moniques Richard et Virginie Martel

Les savoirs et les cultures qu’on communique - et qu’on apprend à partager à l’école et surtout hors de celle-ci - n’échappent plus, désormais, à une dynamique d’accélération facilitée par le numérique. Les pratiques de réception et de production actuelles subissent des changements induits par l’apparition de divers outils de communication (ex. : logiciels, applications, plateformes, interfaces) et supports technologiques (ex. : tablettes, téléphones intelligents, portables, objets connectés). Le numérique constitue dorénavant un incontournable des pratiques de lecture et d’écriture extrascolaires des jeunes, de même que de leurs pratiques de création artistique informelles.

La présente recherche s’inscrit dans la problématique générale de l’adaptation des pratiques éducatives aux modes de communication et d’apprentissage en contexte numérique, et plus spécialement aux pratiques de réception et de production traitées en littératie médiatique multimodale (LMM). Dans une époque irréversiblement numérique et multimodale telle que la nôtre, l’école ne peut pas se contenter de former des apprenants simplement critiques à l’égard des technologies et des nouveaux médias; elle doit aussi et surtout les inciter à proposer le fruit de leurs réflexions [et de leurs propres créations] à tous grâce aux réseaux virtuels (Rowsell, 2013). Toutefois, la recherche démontre que, malgré un accès accru à divers supports numériques, les enseignants manquent de préparation et utilisent peu les technologies éducatives (van Broekhuizen, 2016).

Pour remédier à cette situation, notre recherche propose deux objectifs :

  1. documenter les ressources numériques et multimodales mobilisées par les élèves en situation de réalisation d’une recherche documentaire ou d’une création artistique (art et littérature) en contextes scolaire et extrascolaire;
  2. construire, valider et implanter, en collaboration avec des enseignants et des élèves, un modèle de recherche- design (DBR) incluant des dispositifs pour la réalisation de travaux scolaires de recherche documentaire ou de création artistique qui tiennent compte des compétences en LMM développées en contextes numériques scolaire et extrascolaire.

La recherche-design est enracinée dans la technologie éducationnelle et dans la collaboration chercheurs-enseignants, qui ensemble mettent au point des expériences d'apprentissage (phase design) et en étudient ensuite l'impact auprès des apprenants (étapes d'implantation et d'évaluation), dans des contextes authentiques. Notre recherche vise principalement à proposer un modèle d’accompagnement dans des tâches scolaires en langue, en art et en univers social (recherche documentaire et création artistique).

Plus largement, nous cherchons à affirmer le rôle de l’école dans l’enseignement-apprentissage en contexte numérique, qui devrait pouvoir proposer les nouvelles formes d'enseignement et d'évaluation inspirées du paradigme de la cybernétique (Hayles, 1999; Jewitt, 2005; Rakes et Casey, 2002; Siegel, 2012). Ce paradigme dans lequel s’inscrivent la théorie connectiviste et la théorie de la sémiotique sociale devrait ainsi investir progressivement les recherches en éducation.

 

Soutien au développement de démarches d’édition numérique jeunesse au Québec à partir de pratiques favorables de production, diffusion et réception - En attente de financement

Le XXIe siècle a vu naître une nouvelle forme d’humanisme centré sur le numérique (Douehi, 2011; Ahr, 2015). Issu du croisement entre l’héritage occidental et le numérique, cet humanisme engendre une nouvelle culture, soit une façon différente de voir le monde, basée sur les potentialités de l’informatique. Au même moment, nous assistons à un mouvement global de développement de contenus numériques adaptés aux jeunes publics (incluant les adolescents), justifié par des usages et un taux d’équipement des familles et écoles en évolution rapide. La production d'œuvres littéraires numériques, bien que marginale, occupe une place grandissante : des compagnies (Sony, Google) investissent en développement de nouveaux formats de diffusion innovants, et de nombreux éditeurs à l’international ont fait le passage au numérique. Or, peu de producteurs ou d’éditeurs québécois se sont lancés dans la production d'œuvres littéraires numériques jeunesse dépassant la simple numérisation PDF.

La littérature numérique se définit comme une mise en ligne d’œuvres littéraires, mais surtout par une utilisation pertinente des potentiels du numérique dès le début du processus de création (Bootz, 2011). Afin de favoriser le développement d'une offre locale de qualité, il est primordial d’outiller en conséquence les producteurs et éditeurs québécois. Notre recherche s’intéressera aux trois pôles majeurs liés au développement du secteur de l’édition jeunesse numérique, soit la production, la diffusion et la réception d’œuvres littéraires numériques pour jeunes publics. La recherche poursuit les sous-objectifs suivants :

  1. Documenter les enjeux, les besoins et les meilleures pratiques de production et de diffusion d’œuvres littéraires numériques pour la jeunesse ainsi que les pratiques de réception de jeunes.
  2. Coconstruire avec tous les partenaires-acteurs et partenaires-consultants un outil de référence adapté aux enjeux, aux besoins et aux meilleures pratiques identifiés pour le développement d’œuvres littéraires numériques.
  3. Élaborer avec chaque partenaire-participant un plan d’action pour le développement d’un projet d’édition d’œuvre littéraire numérique.

Nous adopterons le modèle de recherche-action-formation de Charlier (2005) qui convient à notre recherche puisqu’il soutient l’innovation dans des milieux de pratique par la formation, l’action et la recherche-évaluation. Nos données qualitatives nous permettront de rédiger un bilan de la recherche-action et de proposer une série de recommandations aux pouvoirs publics, afin de les outiller dans la mise sur pied de dispositifs de soutien au domaine de l’édition numérique jeunesse. Le travail de documentation et d’accompagnement que nous envisageons soutiendra les éditeurs et les producteurs québécois dans leur volonté de développer des produits culturels numériques de qualité et les aidera à tirer leur épingle du jeu sur un marché en pleine expansion. Par ailleurs, il contribuera à la réflexion des pouvoirs publics sur l’établissement de méthodes de soutien du secteur adéquates aux regards des enjeux et des potentiels.