Cours de littérature ou cours de littérature numérique ? Éléments de cadrage disciplinaire à partir de pratiques universitaires

TitreCours de littérature ou cours de littérature numérique ? Éléments de cadrage disciplinaire à partir de pratiques universitaires
Type de publicationArticle de revue
Année de publication2020
AuteursPetitjean, A-M.
AffiliationUniversité de Cergy-Pontoise
RevueRevue de recherches en littératie médiatique multimodale
VolumeVol. 11.
ISSN2368-9242
Numéro d'accès5
Mots-clésatelier d’écriture, écrivains, enquête, enseignement littéraire, littérature numérique
Résumé

Pour éclairer le choix qui se pose au professeur de littérature entre un cours dédié au numérique et un cours intégrant le numérique comme un des paramètres de son enseignement, l’étude propose trois approches successives : par les objets d’enseignement, par les usages en formation, par le recueil de représentations. 

Si l’intégration d’œuvres numériques au cours de littérature s’envisage aisément dans une perspective d’histoire littéraire aussi bien que dans celle d’une lecture analytique (Bootz, 2019; Dall’Armellina, 2015; Petitjean et Brunel, 2018), le regard porté sur des expériences menées en formation amène à percevoir beaucoup plus radicalement les perturbations engendrées par le numérique sur les repères distinctifs de l’œuvre, de la littérarité ou de l’auteur singulier (Bouchardon, 2014; Gefen, 2012; Saemmer, 2018). Le déplacement de l’attention vers l’intérieur des processus de création, favorisé par les usages de la production numérique et renvoyant à un principe d’apprentissage littéraire par l’expérimentation (Dewey, 1934), sollicite le déploiement d’une armature didactique qui n’ignore pas les spécificités de l’écriture sur écran (Lacelle et al., 2017; Petitjean et al., 2017). Pour documenter ce troisième plan, deux enquêtes ont été menées en parallèle auprès d’enseignants (75 répondants) et auprès d’écrivains et apprentis écrivains (90 répondants). Leur analyse comparée met en évidence un certain nombre de clivages entre les représentations et les pratiques effectives, mais également une appétence des enseignants pour une meilleure connaissance des mutations des pratiques rédactionnelles des écrivains. 

L’étude est menée avec le concours du groupe de recherche « Écriture créative en formations : enjeux épistémologiques et méthodologies de recherche » de l’Initiative d’excellence Paris Seine. 

Texte complet (PDF):