L’école partie prenante de la reproduction des inégalités sexuées / Entretien avec Sophie Devineau

TitreL’école partie prenante de la reproduction des inégalités sexuées / Entretien avec Sophie Devineau
Type de publicationArticle de revue
Année de publication2016
AuteursDevineau, S.
AffiliationUniversité de Rouen Normandie, Laboratoire DysoLab
RevueRevue de recherches en littératie médiatique multimodale
VolumeVol. 4.
Numérodécembre
ISSN2368-9242
Mots-cléséducation, genre, inégalités sexuées, littéracie
Résumé

Présenter l’école comme un univers à part est un raisonnement largement répandu et qui s’est épanoui à la faveur du mythe de la neutralité scolaire alimentant une sorte d’aveuglement collectif. La loi de mixité scolaire a été vécue comme une fin en soi alors que les cadres institutionnels ne garantissent pas le déroulement égalitaire des scolarités. Or il n’est pas tenable de placer l’école en-dehors du système de fabrication des rapports sociaux de sexes qui s’exercent continûment dans toutes les sphères de la vie sociale. Une des premières manifestations du sexisme de l’école consiste à ignorer les inégalités d’orientation selon les filières sous couvert de neutralité. Ne pas les prendre en charge privilégie l’idéologie du libre choix des individus laquelle fabrique dans les faits les inégalités sexuées à l’ombre d’une mixité de façade.

Texte complet (PDF):