Lire un livre qui n’a pas été fait pour être lu. Pratiquer la lecture littéraire en culture numérique

TitreLire un livre qui n’a pas été fait pour être lu. Pratiquer la lecture littéraire en culture numérique
Type de publicationArticle de revue
Année de publication2020
AuteursGervais, B.
AffiliationUniversité du Québec à Montréal
RevueRevue de recherches en littératie médiatique multimodale
VolumeVol. 12.
ISSN2368-9242
Mots-clésculture numérique, figure du livre, interprétation, lecture littéraire, littérature, livre-écran, œuvre hypermédiatique
Résumé

L’une des questions qui se pose avec le plus d’insistance, dans la transition que nous connaissons d’une culture du livre à une culture de l’écran, est la place qu’on saura préserver à la lecture de textes littéraires. Comment maintenir, en culture numérique, des rapports complexes avec les textes, quand leur lecture n’engage plus exactement les mêmes gestes qu’auparavant, le codex étant remplacé par un écran d’ordinateur ? Pour amorcer cette réflexion, je commence par reprendre une description que Ben Marcus donne de la lecture. Cette brève présentation me permet, d’une part, de réfléchir aux gestes impliqués par cette pratique, quel que soit le dispositif utilisé (le livre ou l’écran); et, d’autre part, de donner à lire une œuvre hypermédiatique, essentiellement multimodale, Principes de gravité, de Sébastien Cliche (2005). La particularité de cette œuvre est qu’elle se présente comme un livre, mais un livre-écran. C’est une œuvre Web prenant la forme d’un livre, avec des pages, une couverture, une table des matières, un index, etc. Mais ce livre met à mal la logique qui prévaut à sa lecture : avancer dans Principes de gravité, c’est reculer; accumuler, c’est dilapider; et lire, c’est ultimement défaire le livre. On finit par comprendre que ce livre n’a pas été fait pour être lu ! Consulté, exploré, visionné, oui; mais lu dans sa totalité, non. On verra, en conclusion de cet article, ce que cela veut dire.

Texte complet (PDF):