Lecture et spectature

Affichage 1 - 2 de 2
  • Notre communication concerne la lecture littéraire en classe de seconde au lycée et s’ancre dans le constat d’un rapportproblématique des élèves à la lecture littéraire et aux œuvres patrimoniales. Dans le cadre d’une recherche exploratoire, nous avons fait le choix d’associer et de conjuguer l’actualisation (Citton, 2007) des textes selon une approche multimodale et des activités régulières mettant en jeu le sujet lecteur et avons fait aboutir notre démarche sur la production d’un texte de lecteur (Mazauric, Fourtanier et Langlade, 2011) multimodal. Dans le cadre d’un enseignement ordinaire (une séquence de lecture en seconde consacrée à l’étude de Tartuffe en œuvre intégrale), comment la production d’une écriture de commentaire sous forme multimodale est-elle susceptible de manifester certaines compétences de lecture littéraire ?  Dans cette perspective, nous avons convoqué la notion de lecture littéraire (Dufays, Gemenne et Ledur, 2009) et avons émis l’hypothèse que l’introduction à l’école des pratiques sociales de référence des élèves dominées par la multimodalité (Donnat, 2008 ; Lebrun, Lacelle et Boutin, 2012) serait susceptible de favoriser le rapport à la lecture littéraire et aux œuvres patrimoniales.

    Les premiers résultats semblent confirmer cette hypothèse et ouvrent des pistes sur la question du sujet de lecture spectature (Lacelle, 2009).  

  • Les Fables de Jean de La Fontaine, au programme de l’école depuis 2004, posent un défi considérable aux enseignants du cycle des approfondissements, tant la compréhension de cette œuvre littéraire patrimoniale s’avère ardue pour les élèves. Or, le dispositif didactique de lecture-spectature peut constituer une voie/voix pour lever ces difficultés en faisant interagir lecture littéraire et lectures filmiques.

    Dans une classe de cours moyen, deux adaptations visuelles sont convoquées pour construire la compréhension des deux fables « La Cigale et la Fourmi » et  « Le Corbeau et le Renard » : le film du spectacle théâtral de Robert Wilson et des dessins animés. La séquence didactique conçue et mise en œuvre vise à faire lire successivement et systémiquement ces fables sous la forme de trois supports différenciés, imprimés traditionnel puis visuels, invitant l’élève lecteur-spectateur à convoquer, interpréter, reconfigurer ses propres lectures dans un mouvement dynamique. Des phases d’interactions langagières au sein de la classe, instituée communauté discursive disciplinaire, permettent d’entendre dialoguer et se confronter ces lectures d’élèves parfois diverses, souvent proches, toujours renouvelées. Pour la très grande majorité des élèves de la classe, de nouveaux savoirs se construisent grâce à la multilecture.

S'abonner à Lecture et spectature